Logo letter
56026ec3e552d

Tout enfant sentira un jour son écoute effleurer quelques bribes du conte de Narcisse. Narcisse est un homme, création des dieux antiques incarnant ce que le commun appelle « La Beauté ». Il eut l’audace innocente de plonger son regard sur une eau aux pauvres remouds. Il fut si captivé par la perfection de son visage que son désir d’en absorber le moindre des traits le mena vers une noyade funeste.

 

Peu sont ceux qui s’interrogent sur l’homme qui, le premier, assista à cette scène, fusse-t-elle fictive. L’homme qui trouva ce bout d’instant intense au point d’en faire le récit. Cet homme voyant en cette histoire les lignes d’un portrait profond de l’esprit humain. Il s’agit d’un premier « observateur » discret et invisible. Peu sont ceux qui questionnent également cette impulsion frénétique à se saisir de son propre reflet. En ces temps déjà, l’homme se raconte lui-même. Depuis, il cherche les signes les plus purs et les plus exacts pour décrire et comprendre sa condition.

 

Le premier observateur se détache du vis-à-vis aveuglant menant vers le vide de l’ignorance de soi. Comprendre que le reflet n’est qu’ombre incite l’homme en quête d’éveil à se saisir du monde. Le premier homme de science se perçoit comme « autre », c’est comme tel qu’il cherche à se reconstituer comme « existant » tangible.

 

Depuis les images maîtresses fleurissent. Je m'exercerai à n'en faire que quelques portraits très synthétiques, faisant l'impasse sur les subtilités des périodes et des lieux où elles apparaissent. L'impasse également sur les innombrables avatars qui gisent dans  l'inconscient collectif qui recouvre le passé, duquel une relique pourrait s'extraire de-ci de-là par le monde.

 

« L’homme étoile » est une des premières représentations émergentes. Image à propension anthropocentrique, il se veut dans les civilisations égyptienne et gréco-romaine comme enfermé dans un chiffrement de cinq unités que le pentagramme viendra incarner à plusieurs reprises. Le pentagramme est un hiéroglyphe qui apparaît en Egypte antique, à la basse époque (-750 à -332). Dans certaines croyances égyptiennes antiques, le Pharaon devenait une étoile immortelle occupant une place dans la voûte céleste après sa mort. Le terme « seba », en écriture hiéroglyphique, signifiait à la fois « étoile », « porte » et « enseignement ». L’étoile devenait donc l’origine et le terme du chemin pour le Pharaon. Le chemin est une Voie de Connaissance.

 

Chez les pythagoriciens et les post-pythagoriciens, l’étoile est une représentation qui condense à la fois l’homme et le monde, du plus petit élément jusqu’au plus vaste. Le pentagramme vient représenter les 5 sens du corps humain, les 5 qualités de l’âme (faculté végétative, l’instinct, le désir, les sentiments et la raison), les 5 éléments ainsi que les 5 planètes qui étaient connues à l’époque.

 

 « L’homme-machine » se conçoit comme une  mécanique représentant un "Tout" démontable en parties distinctes. Par transposition, peut-être en est-il amené à penser son monde comme tel ? L’Homme de Science déconstruit l'objet de ses perceptions tout en articulant avec pénibilité ces modules démontables par la pensée. L’anthropologue s’attache alors à reconstituer les façons qu'a l'homme de segmenter son univers. Ceci au point de faire de ce dernier presque exclusivement un "être de pensée". Il en découle le corrolaire que le monde se veut alors une "construction".

56026eb2e83ae

« L’homme animal » est son pendant naturaliste. L'homme se dessine comme un "animal évolué". Opposé à son reflet précédent, il est tantôt déchiré entre les impératifs tyranniques de sa biogénétique et les nécessités de sa vie sociale et culturelle. Un être parlant clivé de "nature". L’anthropologue flirte alors avec la psychanalyse ou autres psychologies pour saisir au plus près ce qui peut être énoncé de cette division cartésienne.

 

« L’homme animal » n’est-il tantôt qu'une espèce parmi d'autres dont l'expression de son être et de son être-au-monde ne se réduit qu'à sa nature propre? Un être-animal déterminé et programmé par son évolution naturelle? L'anthropologue se voudrait-il alors portraitiste de comportements dont la genèse est millénaire et repérable dans les parcelles microscopiques de son génome ?

 

Ces représentations ne sont que l’expression d’une quête. Celle de « l’homme objet ». Un objet tel qu’il serait possible de le tenir dans une main, telle une « pomme ».  Il est intéressant d’évoquer les influences judéo-chrétiennes de la connaissance pour lesquelles la pomme, une fois coupée transversalement, révèle en son cœur une forme étoilée rappelant l’étoile à cinq branches. La pomme devient une allégorie du monde donné à la naissance au Christ. Elle est la quintessence de la Connaissance à l’image du fruit de l’Eden qu’a consommé Eve.

 

La quête de « l’homme objet » reste une aventure toute actuelle qui reste à finir. Nous en revenons à « l’homme conteur » des origines. L’homme serait tel qu’il se raconte. Il se cherche un langage des plus épurés pour tracer les contours d’une essence dont la préhension est questionnée.

 

Ces quelques bribes iconographiques et non exhaustives n'appréhendent guère la complexité d'une anthropologie qui se décline par ses innombrables spécialités. L'anthropologue n'est pas un "touche à tout" mais il esquisse, à partir de ses connaissances et compétences centrales, les contours et les articulations d'une lecture plus large de l'être humain. Il construit son savoir selon l'essence même cette "Raison" définissant la méthode scientifique et philosophique. Peut-être est-il question d'une "déraison créatrice", en tant que le chaos suscite quelque émergence constructrice? In fine, le chemin du "faire science" de l'anthropologue suit les étapes de l'étude, l'introspection, l'observation, la description, l'objectivation, l'analyse, la vérification et l'écriture...

 

Dans cette section, vous trouverez quelques essais modestes de "préhension" de plusieurs objets d'étude qui, à y regarder avec la distance d'un amateur d'art, dessinent un tableau en mosaïque par la disparité et les contrastes des thématiques et disciplines abordées.

 

man-vs-machine-850x471